[écrit sur des pages arrachées d’un petit carnet – sans doute 30 Mai ou premier Juin 19]

Dans le train

Avec quelle douleur j’ai quitté Laval, mon cœur pleurs j’ai mal, je pense que je deviens fou pourtant il faut que j’agit comme ca, autrement il n’y pas un autre moyen

Ma destiné me poursuivie impituablement. Je suis victime de la sorte

Tout le monde va penser mal de moi mais que m’importe puisque je fais pas mal à personne.

Je te prie Marth ne dite rien de ce que je vous ai confié, car vous me perderais. Je tacherais de passer la front. Suisse et il faut penser que peut-être

Pardonne moi pour t’avoir mentir, le mensonge m’est insupportable, mais de te voir pleurer me fait encore davantage de la peine

Pourra-tu conserver ton estime envers moi ? Je ne sais pas. Mais comme tu rappel Je t’ai prevenu que j’était dangereux pour toi. La sort me poursuivi ainsi mais quoique arrive ne pense pas mal de moi. Je t’ai montré le chemin de salut. Construire étudié et tu aura ton satisfaction et tu sera heureuse

Ne fait pas attention a moi, je suis mauvais parce qu’on me me force d’être ainsi. Je suis lié et je ne peux pas faire autrement pense à moi comme si j’étais dans un rève qui se réalisé pour un instant et qui sais peut-être on se verra dans un autre monde mieux que ici-bas. En tout cas tu n’a pas raison de t’en faire car moi je n’ait peur de rien et que un jour je serai dans le rivage tant désiré

On va m’accusé Dieu sait de quel crime, mais tu me connais toi. Je part avec 200F que j’avais économisé et que j’esper me suffirai.

Un jour je t’écrirai plus détaillement ma vie qui n’était pas bien tendre pour moi. Je suis très inquiet pour vous car j’ai peur qu’on va interrogé sur moi. Alors ne dites pas beaucoup

Dites seulement que j’était votre locataire et que j’était ponctuel et tranquil il faut rien dire de plus.

Pauvre maman elle va te faire la première tacher de la donner de courage pour supporter cette situation

Oh ! pardonne moi pour mensonge, tu savais comme ça pèse sur mon cœur

Permette que la dernière fois de t’embrasser.

Quel douleur toi couché dans ton lit et moi comme si je partait à jamais. Me pardonnera tu ?

Je t’aime quand même

Celui qui est infiniment [quelques mots illisibles]