La vie semble couler heureuse, rue St André, entre la fin de l'année 1918 et le début de 1919. Des projets se fondent, des livres religieux sont commandés et reçus, des plans d'avenir s'ébauchent avec une correspondance américaine... Quand un jour, en ouvrant un journal sur une table du café, Serge pâlit. Un événement inattendu vient de se produire. A partir de ce moment, Serge ne vivra plus tranquille. Il demande sa mutation -ou fait le projet de la demander. Puis il demande sa démobilisation.

Le fait est que Serge vit de plus en plus dans la crainte de la police française. Il apprends par des amis qu'à la suite de sa demande de démobilisation, une enquête est ouverte et il décide de fuir. La décision est d'autant plus difficile à prendre que ses relations avec Marthe sont devenues plus intimes, ils sont « mariés devant Dieu ». Mais il craint que sa présence ne cause des ennuis aux deux femmes. Il écrit, dans les tous derniers jours de Mai 1919 une première lettre pathétique « vous m'interrompez avec votre caresse et je vous dit que vous êtes curieuse) pourquoi vous me laisser pas finir cette lettre ? Je m'énerve, je dit de chose.... Le fil de mes pensées s'interrompe et je ne peux plus écrire. ».