<- Retour vers la page principale

Trotsky

En 1915 ?, 1916 ?, 1917/1918 Serge, jeune bourgeois russe vient faire des études de droit à Paris. Isolé dans un pays en guerre, il se lie d'amitié avec la colonie russe parisienne où il rencontre Léon Trotsky. Il serait expulsé de France en même temps que Trotsky et figurerait sur une photo (Le 16 mars 2000).

1.  Mes recherches personnelles

1.1  Les encyclopédies

Dans l'encyclopédie Bordas : Lev Davidovitch Bronstein, dit Léon Trotsky (1879-1940) vécut en exil en Autriche, Suisse et France. La France l'expulsa en 1916, il se rendit en Amérique et ne revint en Russie qu'en mai 1917.

Dans l'Encyclopédia Universalis : Trotsky s'est appelé ainsi à partir de 1902, après avoir utilisé un faux passeport à ce nom. Il est né le 20 Octobre 1879 à Ianova (où est-ce ?). à 9 ans commence ses études à Odessa. Il y reste jusqu'à 17 ans, il va ensuite finir ses études à Nikolaiev.

Pas étonnant que Serge ai fréquenté Trotsky, non seulement ils étaient russes, mais de la même ville - cela confirme la supposition comme quoi Serge vient d'Odessa.

Trotsky s'est fixé à Paris dès Novembre 1914. Expulsion (pas de date) par le gouvernement français. Aucun pays allié ou neutre ne lui accorde de visa. Il est jeté en Espagne (dixit l'Universalis) où il erre avant de devoir partir pour New York (janvier 1917). En février, avec la révolution Russe il est interné dans un camp de concentration canadien avant de retourner en Russie.

On comprends maintenant pourquoi, en 1919, Serge s'enfuit vers l'Espagne. Il connaît un peu ce pays pour y avoir été expulsé avec Trotsky (?). Jusqu'où est-il resté avec Trotsky ? Il a toujours affirmé ne pas avoir d'engagement politique.

1.2  Trotsky : iconographie de David King, texte de Pierre Broué E.D.I.

Lev Davidovitch Bronstein était né le 25 octobre (7 novembre) 1879 dans un gros village des steppes d'Ukraine méridionale, Ianovka où son père était fermier. A 9 ans il va à Odessa chez ses cousins Spenzer. Études de math en 1896 (17 ans) va à Nikolaïev.

[2017] Google map me dit que Ianovka est la même chose que Bereslavka, Kirovohrad, Ukraine (https://goo.gl/maps/HQjii2nv1T82)

Une photo de G. Ziv étudiant de ses amis qui, en 1921 écrira un livre sur la jeunesse de T.

T. Se retrouve en Europe en 1907. Il est expulsé de France 1e 16 septembre 1916 (photo de l'acte d'expulsion du 14 septembre, concernant T., seul).

2.  Trotsky, biographie par P. Broué

Pour la période qui nous intéresse (vie à Paris), le livre donne diverses adresses de Trotsky. T. aurait parlé en 1923 de sa vie à Paris dans ``Extraits d'un vieux carnet'', mais P. Broué me dit (lettre ci-jointe) que T. évitait de citer des noms par crainte des représailles.

Il nous dit également qu'après une conférence internationale tenue en Suisse du 5 au 9 septembre 1916, Trotsky préoccupe beaucoup la police.

``Dès Juillet 1916, Emile Durkheim, président de la commission chargée des réfugiés Russes en France, fait connaître qu'il est question d'interdire Naché Slovo (le journal de Trotsky) et d'expulser Léon Trotsky. La sûreté générale propose l'expulsion de Trotsky le 3 septembre, le ministre Malvy prends le décret le 14 septembre. L'Espagne l'accepte, mais il refuse de s'y rendre de son plein gré, il est donc expulsé sans destination pendant plusieurs semaines. Finalement deux inspecteurs viennent le cueillir à son domicile rue Ondry et le conduisent à Irun, accompagné d'un rapport de la police destiné à lui valoir un séjour en prison et l'expulsion.

T. écrit une lettre à Jules Guesdes le 11 octobre 1916, à peu près le jour de son expulsion.

3.  Les spécialistes

J'ai écrit à "L'institut Léon Trotsky" qui pourra sans doute me donner des références d'ouvrages sur la période où Trotsky est passé à Paris et sur ses compagnons

Jean-Daniel Dodin Institut Léon Trotsky Luc Aujame 477 chemin du Puits 69210 Fleurieux-sur-l'Arbresle France

Cher monsieur, Je suis à la recherche de renseignements sur mon grand-père, qui a traversé la vie de ma grand-mère de façon rocambolesque en 1918/1919. Si j'aborde ce sujet avec vous, c'est que le peu que je sache de mon grand père est qu'il était russe d'Odessa et qu'il a sympathisé avec Léon Trotsky alors qu'il était étudiant à Paris pendant la guerre de 1914. Il a toujours prétendu que cette amitié était simplement celle de concitoyens, sans motif politique. Il n'en reste pas moins qu'il aurait été expulsé de France en même temps que Trotsky. Cette anecdote serait de peu d'intérêt si le nom même de mon grand père ne nous était inconnu. J'espère donc trouver des détails sur Trotsky pendant son séjour à Paris, ses amis, les conditions de son expulsion (les encyclopédies ne donnent même pas la date !). Tous les détails que je connais sont sur mon site internet www.dodin.net/serge.

Il a été connu de ma grand mère sous le nom d'emprunt de Serge Kamaledinoff, mais à certains indices, il pourrait s'appeler Serge (ou Serguei) Emiroff. En 1918 il est arrivé à Laval (Mayenne) dans un régiment appelé la légion Russe - sa photo en militaire figure sur mon site. Courant 1919, en ouvrant un journal, il aperçoit une nouvelle (sans doute une photo) et en tire la conclusion qu'il est recherché par la police. Il s'enfuit le premier juin 1919. Nous perdons sa trace à Valparaiso le 15 décembre 1919. Pouvez-vous m'indiquer des références où je pourrais trouver des renseignements sur le passage de Trotsky à Paris et sur son expulsion (photos de l'expulsion ?). Que s'est-il passé en mars (?) 1919 qui aurait également concerné cet épisode. Trotsky lui-même a-t-il abordé cette époque dans un de ses ouvrages (j'en suis resté à son récit de la guerre civile - lu quand j'avais 14 ans). Bien sur, si, par chance, vous aviez un ouvrage abordable traitant de cette période, je suis prêt à l'acquérir si vous m'en donnez les coordonnées. Merci. Sincèrement votre

``Les cahiers Léon Trotsky'' m'ont orienté vers l'auteur d'une magistrale biographie de celui-ci, Pierre Broué, qui a eu l'amabilité de me répondre :

Tue, 4 Apr 2000

De : "broue.pierre"

A : "jdd" <jdanield at dodin.net> [edit 2017: attention, l'adresse mail n'est plus valable, maintenant c'est jdd at dodin.org]

Nos lettre/message se sont croisés. Je vous avais dit l"essentiel. Je me demande s'il ne faudrait pas chercher du côté des volontaires russes étudiés par R.Adam. Vous savez que Trotsky avec deux ou trois autres, faisait à Paris un petit quotidien, le Naché Slovo [edit 2017: https://fr.wikipedia.org/wiki/Nache_Slovo] , et c'est ainsi qu'il a dû connaître votre grand-père et les Russes "de gauche" de Paris, mais il craignait toujours de compromettre les gens en les nommant s'il n'était pas certain de leur sécurité. Petit espoir avec la Légion mais vous me posez un problème de date, 1919 n'étant pas antérieur à 1916. Pas grave... Mais je ne me souviens pas que les archives de NS soient quelque part accessibles, à moins que... J' ai eu en mains sa correspondance, très partielle à propos de NS. Mais il y a bien un fichier quelque part. Bref ça m'intéresse et je vais continuer à y penser. Tenez moi au courant. Bien à vous P. Broué

Pour les archives Durkheim, je pense que R. Adam vous renseignera. Je préfère ne pas le lui demander moi-même, nous sommes en froid, c'est un militant de Lutte ouvrière qui, pour moi, porte trop loin la soumission intellectuelle à des gens qui ne le valent pas.

Ce qui est sur, c'est que la révolution russe a commencé le 8 mars 1917, que Lénine, parti de Suisse arrive le 17 avril à Petrograd suivi le 6 mai 1917 par Trotsky. Le 15 décembre 1917, la Russie bolchevique signe l'armistice avec les allemands (la paix ne sera signée que le 3 mars 1918).

4.  La lettre de Trotsky

Trotsky a écrit lui-même pour protester contre son expulsion (https://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1916/10/lt19161011.htm), où il fait preuve de son talent coutumier: " Monsieur le Ministre, Avant de quitter le sol français, assisté du commissaire de police, personnifiant les libertés à la garde desquelles vous veillez au sein du Ministère national, je crois de mon devoir de vous exprimer quelques pensées qui ne vous serviront probablement à rien à vous, mais pourront du moins servir contre vous".