Il est assez fréquent qu'on ai du mal à régler la façon dont notre machine démarre, surtout quand il y a plusieurs systèmes installés.

Si votre openSUSE ne démarre plus (par exemple c'est Windows qui démarre et qui ne vous donne pas l'option de lancer openSUSE), mais que l'installation a été correcte, il est possible de rattraper ça sans tout réinstaller, mais c'est un peu délicat.

1.  Démarrer avec GRUB

Si vous connaissez bien GRUB, vous savez qu'il est possible de démarrer n'importe quelle distribution Linux à partir de l'écran de démarrage de GRUB, mais ca suppose que GRUB se lance et donc qu'une installation quelconque de Linux soit active sur le disque. Si vous avez cette distribution Linux active mais que vous ne connaissez pas assez GRUB, il est peut-être temps d'apprendre? Ce n'est pas simple, mais extrèmement utile si on manipule beaucoup Linux. Cherchez GRUB sur le wiki openSUSE, il est abondamment documenté.

2.  Le système de réparation

Le DVD openSUSE contient un système de réparation (mais pas les cd live, faute de place).

Dès le démarrage du DVD, pensez à changer la langue pour le français, ce ne sera plus possible ensuite (pas facilement). L'image suivante vous montre l'écran de démarrage, encore en anglais. L'option pour la langue est indiquée en bas à gauche, il faut presser la touche F2. La deuxième image vous montre le résultat.

Vous arrivez là:

Cliquez sur "Outils experts"

Si l'outil de réparation trouve plusieurs partitions racine, il vous donnera le choix. Sinon il dessaie de démarrer aussitôt. Ca marche ou pas, souvent ça ne marche pas... Il y a trop de variantes possibles pour tout deviner :-(.

Les outils automatiques sont très longs et ne fonctionnent pas bien, mais parfois ca peut vous sauver la vie...

3.  Le système de secours

Le DVD openSUSE contient un système de secours (mais pas les cd live, faute de place). Ne pas confondre avec le système de réparation, plus ou moins automatique, le système de secours c'est un Linux minimal qui vous donne la main.

Dès le démarrage du DVD, pensez à changer la langue pour le français, ce ne sera plus possible ensuite (pas facilement). L'image suivante vous montre l'écran de démarrage, en anglais.

Ensuite vous êtes en console. Tapez "root", [Entrée] et vous êtes le chef, il n'y a pas de mot de passe. Si vous avez changé la langue, vous êtes en français.

Le but est de lancer la machine installée sur le disque dur, sans passer par le système de boot officiel. Nous allons donc basculer notre Linux de secours sur la distribution en place. Ca ne marche bien que si les noyaux sont indentiques, ou à peu près, il faut donc utiliser le DVD du système déjà installé.

Supposons que vous connaissez la partition où est installée votre distribution (sinon montez les l'une après l'autre et regardez /mnt/etc/SuSE-release). Remplacez sdxy ci-dessous par votre valeur et faites:

 mount /dev/sdxy /mnt
 mount -o bind /proc /mnt/proc
 mount -o bind /sys /mnt/sys
 mount -o bind /dev /mnt/dev
 chroot /mnt

 -o bind 

permet de monter proc, sys et dev plusieurs fois, ce qui permet d'attribuer au système du disque dur les valeurs en cours valables.

Chroot /mnt permet de faire croire à openSUSE que sa racine est votre partition du disque dur. Dès lors, vous êtes root sur votre système installé. Vous pouvez donc faire toutes les modifications voulues, même avec YaST (mais aussi changer le mot de passe root du système au besoin).

4.  YaST en mode console - Boot loader - menus

L'écran de démarrage de YaST en mode console (en fait un mode semi graphique "ncurses"):

GRUB, c'est par ici :-):

Dans YaST en mode console, on change d'option en utilisant la touche TAB (<=>, à gauche du A) ou en pressant la touche Alt plus la touche en jaune dans les menus. Majuscule TAB revient en arrière, parfois il faut utiliser les touches fléchées. Ici il y a deux onglets.

En bas, juste au dessus du "OK", il y a un menu qui cche des choses intéressantes. En particulier si vous demandez à YaST de refaire une proposition, il y a de fortes chances pour qu'il vous propose tous les systèmes installés (y compris Windows et les autres Linux). Attention, ca ne veut pas dire que tous sont utilisables...

5.  YaST en mode console - Boot loader - emplacement

Pour changer l'emplacement de GRUB, il faut passer au deuxième onglet, on l'oublie souvent:

S'il y a plusieurs distributions, la partition root (/) est l'endroit le moins risqué. Pesez à décocher les autres emplacements